Lexique option binaire : Définition et explication du PIB ( produit intérieur brut )

Red arrow on business graph

Définition : Le Produit intérieur brut ou P.I.B. se définit comme étant la somme des valeurs ajoutées réalisées à l’intérieur d’un pays par l’ensemble des branches d’activité (auxquelles on ajoute la TVA et les droits de douane), pour une période fixée à l‘avance, tout cela en prenant en compte l’implantation géographique des entreprises. A la différence du produit national brut qui, lui, prend en considération l’origine nationale des entreprises, et non leur lieu d’implantation.

Constitution et calcul du PIB : Le Produit intérieur brut est constitué du Produit intérieur marchand (biens et services échangés) et du Produit intérieur brut non marchand (c’est-à-dire les services d’intérêt général fournis par les collectivités publiques et privées). Le PIB est ainsi calculé à partir des valeurs ajoutées, fournies par les entreprises et les administrations publiques.

Utilité du PIB : La croissance du PIB est considérée comme l’indicateur de référence de la performance économique d’un pays. Le ratio PIB par habitant évalue, quant à lui, le niveau de vie. Ainsi, étant donné que le total des valeurs ajoutées est égal à la somme de l’ensemble des revenus, le PIB par habitant est aussi égal au revenu par habitant.

Evolution du P.I.B au niveau mondial: L’évolution du P.I.B. mondial a été de l’ordre 3,2 % entre 1980 et 1990, de 2,8 % entre 1990 et 2000, pareil entre 2000 et 2005, de 4 % en 2006 et de 3,8 % en 2007. Toutefois, les situations peuvent être très différentes selon les pays : de 2000 à 2007, le groupe des pays en développement a une croissance annuelle de 5 à 7 %, celui des pays estimés comme étant « en transition » de 6 à 8 % et celui des pays développés à économie de marché de 1,9 à 2,5 %.

La zone qui retient particulièrement l’attention en termes de croissance est l’Asie, tout particulièrement la Chine (plus de 9 %), mais également l’Inde (plus de 8 %), la Corée du Sud et le Viêt Nam. Toutefois, la croissance des pays développés à économie de marché demeure faible (entre 1 et 3 %), surtout pour certains pays d’Europe de l’Ouest (dont la France) et pour le Japon.
Les situations varient dans le groupe des économies émergentes, certains connaissent des taux de croissance supérieurs à 5 %, ce qui est considéré comme le seuil permettant, un réel développement. Comme la Malaisie par exemple. Enfin, une quarantaine de pays traversent une phase de stagnation ou de régression : certains pays d’Afrique subsaharienne et les pays de l’ex-Union soviétique.

[sam id=”22″ codes=”true”]

Admin

Laisser un commentaire


*